2 nouvelles vidéos du colloque

Publié le 05 Novembre 2020
La conscience des personnes malades
 
Si la personne ne retrouve plus ses mots pour exprimer sa pensée, ses désirs, ses émotions, est-ce que cela nous autorise à conclure qu’elle n’a plus la conscience de ce qui l’entoure?
 
Dans cette vidéo, Blandine Prévost propose aux familles et aux professionnels de ne jamais baisser les bras : « Quand on perd la possibilité de se parler, on a parfois l’impression que l’autre n’est plus là. Ne vous trompez pas. En fait, on est toujours là…et c’est difficile d’être encore là. ».
 
L’approche Carpe Diem refuse de faire disparaître la personne derrière les symptômes de sa maladie, et par conséquent, de la priver de ses droits fondamentaux dont celui d’être considérée comme une personne à part entière.
 
 
 
Ils veulent partir 
 
Que faire avec les personnes qui veulent partir?
D’abord éviter de généraliser et de chercher un «truc qui marche» en espérant faire disparaître le problème. Ensuite, chercher à comprendre la personne et ce qui provoque ce besoin de partir.
 
Du jour au lendemain, elle se retrouve dans un milieu qu’elle ne connait pas et elle doit s’adapter à une organisation parfois rigide qui ne permet pas de créer des liens de confiance. Alors pourquoi voudrait-elle rester?
 
Une piste : donner envie de rester plutôt que chercher à contrôler les «fugues». Ce changement de paradigme oblige toute l’organisation à réfléchir sur son fonctionnement et sur la formation de son personnel, sur la place des familles et des proches. Le trouble n’est pas toujours où on le cherche.
 
Pourrait-on imaginer des lieux ouverts, en continuité avec la vie à domicile? Pourquoi une réponse aussi simple, logique et évidente est-elle si difficile à mettre en œuvre?